Côte d'Ivoire : une jeune fille infectée par  le virus de l’hépatite B après avoir fumé de la chicha dans un restaurant d'Abidjan

Le phénomène en vogue de la chicha commence à faire ses premières victimes en Côte d'Ivoire. Après en avoir fumé le mois dernier dans un espace très fréquenté de Marcory, une hépatite B a été détectée chez une jeune femme la semaine dernière dans une clinique réputée de la place.

Le médecin l'ayant diagnostiquée a rapporté l'information à un média proche. Selon lui, sa patiente, jusqu'alors bien portante, a été infectée via l'embout du système qui permet de fumer la Chicha.

Pour l’intérêt général, une enquête a été menée pour en savoir plus sur ce phénomène de mode

En effet, les embouts proposés aux clients sont simplement emballés dans des petits sachets confectionnés sur place sans aucune véritable mesure  d’hygiène.

 Et le matériel est à la disposition de tout le monde puisqu’aucun contrôle médical n’intervient  chez le client avant utilisation.

Le  médecin tenu par le secret professionnel a par ailleurs sensibilisé sur les risques de certaines maladies telles que la tuberculose qui sont liées à la consommation de la chicha.

Fumer de la chicha est extrêmement dangeureux.

Lors de nos recherches il a été révélé que  le monoxyde de carbone présent dans la fumée de la chicha est en quantité 7 fois supérieure à celui présent dans la fumée d'une cigarette, l’expansion sans normes sanitaires de sa consommation apparait clairement comme un risque de santé public de premier plan.

Notons que plus de 70% de la jeunesse en Côte d’Ivoire est impliquée dans ce phénomène de mode.

Emeraude ASSAH