Côte d’Ivoire : quand les Forces nouvelles se rebellent

Progressivement mis à l’écart, les anciens proches de Guillaume Soro contre-attaquent en créant une amicale.

En temps de crise, lorsqu’on se sent menacé, mieux vaut pouvoir s’assurer du soutien des siens. Écartés des instances dirigeantes du Rassemblement des républicains (RDR), débarqués des postes qui leur avaient été offerts après la crise post-électorale, les anciens rebelles des Forces nouvelles (FN) ont donc décidé de se regrouper. Depuis quelques mois, ils s’affichent ensemble, exprimant une solidarité retrouvée.

Limogée du gouvernement en janvier, l’ancienne ministre de la Communication, Affoussiata Bamba, a été la première à se rappeler au bon souvenir de ses anciens camarades. En juin, après plusieurs mois de silence, celle qui s’était inclinée lors des dernières législatives a fait son retour, s’exprimant en sa qualité de « porte-parole des Forces nouvelles ».

Deux mois plus tard, plusieurs proches de Soro annonçaient la création de l’Amicale des Forces nouvelles. « Nous avons partagé une histoire commune, explique son secrétaire général, Félicien Sekongo, ancien porte-parole adjoint des FN et ex-conseiller de Soro à la Primature. Cette structure nous permet de nous retrouver et d’agir ensemble pour favoriser la solidarité interne. »

Elle permet aussi au président de l’Assemblée nationale de faire passer des messages et de tester des idées auprès de l’opinion. Lors de ses dernières interventions, Sekongo s’est ainsi montré particulièrement sévère à l’encontre du RDR, appelant par ailleurs à la libération de Laurent Gbagbo...


Retrouvez la suite de cet article sur jeuneafrique.com