Abengourou / Horreur dans un village : Un homme fait plusieurs blessés graves, tue sa femme et se fait exécuter

Retour sur les faits. Ce jour-là, en effet, il est environ 5h du matin. Dah Wolonéré, planteur d’une quarantaine d’années et père d’un enfant, est encore couché dans son lit conjugal.

En ce temps d’harmattan, Palé Marie sa femme est blottie dans ses bras. L’homme est bien connu pour ses actes délictueux dans le gros bourg. Et ce, en raison de fréquentes crises de dépression qui le rendent très impétueux. Et ce jour-là encore, Dah Wolonéré qui vient de se réveiller, parait très agité. Les moments qui suivent, il se tire subitement de sa couchette, pousse sans ménagement sa femme qui se prélassait dans ses bras et s’empare de sa machette. Que va-t-il faire ? Il se rue sur sa conjointe, qui reçoit un violent coup de l’arme blanche. Le cri de l’infortunée dame est strident. C'est à la mesure de la douleur ressentie.

Mais cela n’émeut guère son concubin qui, plutôt, lui assène à la tête, un autre coup tout aussi violent. Le sang gicle. La malheureuse n’a d’autre choix, avec les forces qu'elle a encore, que de s’éjecter du logis et prendre la fuite. Le planteur, sa machette toujours en main, avec le tranchant en sang, se lance dans un sprint à travers le village. Faisant tournoyer sa machette dans les airs. K.B., un môme de 4 ans, le croise sur son chemin. Malchance pour lui. Le violent coup de machette du planteur expédie l’enfant dans le coma. Dah Wolonéré ne s’arrête pas là.

Dans sa funeste chevauchée, il taillade successivement Ouédraogo Djibril, un planteur de 25 ans, K.K., un adolescent de 12 ans, Thiémélé Akossia Cynthia, 25 ans et Badou Kouakou, un autre planteur âgé de 57 ans. Véritable boucherie. C’est la débandade dans la bourgade. Des vieillards, que l’on croyait affaiblis par l'âge et au soir de leur vie, démontrent qu’ils ne sont pas prêts à se livrer aussi facilement à la (...) Lire La suite sur Linfodrome