Sénégal : les universités s’embrasent après la mort d’un étudiant

Après la mort d'un étudiant de 25 ans à l'université Gaston-Berger, à Saint-Louis, lors de manifestations contre le retard du paiement des bourses, des violences ont éclaté dans quatre des cinq universités publiques du pays.

Mouhamadou Fallou Sène, 25 ans, étudiant en Lettres, a succombé mardi à ses blessures suite à des « affrontements entre les forces de l’ordre et les étudiants dans le campus de l’Université Gaston-Berger », a indiqué le rectorat de l’UGB dans un communiqué. Ce décès est intervenu lors d’« échauffourées » avec les forces de l’ordre qui ont « fait une vingtaine de blessés, dont 18 gendarmes », a déclaré à la radio le ministre de l’Intérieur, Ali Ngouye Ndiaye.

Les autorités avaient fait appel lundi aux forces de l’ordre « pour sécuriser les restaurants universitaires » après « un mot d’ordre de quarante-huit heures de restauration gratuite (Journées sans tickets) » lancé par l’association des étudiants de l’UGB « pour protester contre le retard du paiement des bourses », a expliqué le rectorat de la deuxième université du pays.

Manifestations à Saint-Louis, Dakar, Ziguinchor et Bambey

Après l’annonce du décès de Mouhamadou Fallou Sène, des étudiants ont mis à sac le bâtiment abritant la direction des œuvres universitaires et le siège du rectorat de l’UGB, rapporte un correspondant de l’AFP. Dans l’université, divers débris jonchaient le sol au milieu de documents administratifs vandalisés, de portes et vitres brisées, après le passage des étudiants. En dehors de l’université, ils ont lapidé une maison qui appartiendrait au ministre de l’Enseignement supérieur, Mary Teuw Niane.

En solidarité avec ceux de Saint-Louis, des étudiants ont manifesté dans au moins quatre des cinq universités publiques du Sénégal, à Ziguinchor (sud), Bambey (centre) et Dakar, selon la presse locale et des journalistes de l’AFP. À Dakar, en fin d’après-midi, des barricades de blocs de pierre et de branchages étaient tenues par quelques centaines d’étudiants sur les chaussées menant à l’Université Cheikh Anta Diop...


Retrouvez la suite de cet article sur jeuneafrique.com